S'abonner à un flux RSS
 

Evaporation (HU)

De Wikhydro
Version du 19 septembre 2019 à 10:33 par Philippe Bagot (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Traduction anglaise : Evaporation

Conversion en vapeur et retour à l'atmosphère de l'eau contenue dans ou sur le sol, la végétation et les eaux superficielles.

Ce phénomène nécessite un apport d'énergie. Il est très actif sous le rayonnement solaire direct mais a lieu presque sans arrêt, même pendant la nuit. Lorsque que l'eau s'évapore dans l'atmosphère, l'air près du sol se sature assez rapidement, ce qui auto-limite le phénomène. Le taux d'évaporation dépend en effet de l'humidité relative, c'est à dire du rapport entre la quantité de vapeur d'eau contenue dans l'air et la quantité maximum que l'air peut contenir (conditions de saturation en humidité). Les éléments importants conditionnant l'évaporation sont donc le vent (qui détermine les possibilités de renouvellement de l'air au voisinage de la surface évaporante), la température de l'air et sa pression qui conditionnent le taux de saturation, la température du sol et le rayonnement solaire qui jouent sur la quantité d'énergie fournie à la surface évaporante. L'évaporation est une composante importante dans l'établissement des bilans hydriques, par exemple pour le calcul des capacités de production des bassins fluviaux, le volume nécessaire pour des réservoirs, la connaissance des quantités d'eau nécessaires pour l'irrigation des récoltes, etc. Elle peut être mesurée localement en utilisant un lysimètre, récipient plat, carré ou circulaire, de 1 à 2 mètres de dimension, rempli d'eau sur une profondeur de 150 à 600mm selon l'équipement standard en service dans le pays. Il existe également un certain nombre de formules qui permettent une évaluation grossière des capacités d'évaporation en l'absence de mesures locales.

L'ordre de grandeur du pouvoir évaporant moyen de l'atmosphère varie de 1 à 10 mm par jour en été. Au cours d'un événement pluvieux, ce taux est pratiquement atteint par l'évaporation survenant au cours du trajet des gouttes de pluie entre le nuage et le sol. La quantité d'eau ainsi évaporée n'intervient généralement pas dans les calculs de l'hydrologue qui commence ses calculs avec la hauteur de précipitation mesurée au niveau du sol (sauf dans le cas d'une mesure radar effectuée à une altitude élevée). Ce phénomène provoque cependant la saturation de l'air en vapeur d'eau. L'évaporation ne recommence qu'à la fin de l'averse, et son rôle consiste à sécher les sols perméables (ce qui augmente la capacité d'infiltration de ces derniers en cas d'une nouvelle averse), et à faire disparaître l'eau accumulée dans les dépressions du sol. En pratique, le taux d'évaporation réel au cours d'un orage ne semble pas dépasser quelques dixièmes de millimètres. Il peut facilement être négligé en tant que perte au ruissellement. L'évaporation doit cependant être parfois considérée en hydrologie urbaine. Par exemple lorsque l'on envisage d'implanter des bassins de retenue en eau. Il est en effet indispensable de compenser ses effets par des apports d'eau si l'on veut éviter une baisse du plan d'eau très préjudiciable à son aspect et à son comportement écologique. Dans le cas de sols peu perméables (conductivité hydraulique inférieure à 10-7m/s), l’évaporation et l’évapotranspiration constituent également des moyens aussi efficaces que l’infiltration pour évacuer l’eau des dispositifs de stockage.

Outils personnels