S'abonner à un flux RSS
 

La Flotte en Ré - Expertise des zones de solidarité Xynthia

De Wikhydro
Version du 30 janvier 2013 à 17:10 par Jeanmi Tanguy (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Sommaire

Eléments de contexte

Principales caractéristiques de la commune

intro la flotte
caracteristiques commune flotte

La commune de la Flotte en Ré est située au Nord Est de l'île de Ré. L'urbanisation s'est historiquement développée autour de la baie du pertuis breton et occupe aujourd'hui l'espace compris entre la RD 725 et le littoral. Le centre ancien, autour du port, date des XVIIème et XVIIIème siècle, et présente une grande qualité architecturale avec de nombreuses maisons d'armateurs ou de négociants remarquablement préservées. La Flotte en Ré, dont la population d'environ 2900 habitants est en augmentation constante, est la commune la plus peuplée de l'île de Ré et un de ses sites touristiques majeurs.


Description de l'évènement Xynthia

descritpion evenement flotte
Lors de la tempête Xynthia, le niveau de l'océan est monté jusqu'à 4,50 NGF dans le pertuis Breton au droit de la Flotte ; les vents les plus violents sont restés de secteur sud à ouest de sorte que les vagues qui ont atteint les rivages de la commune sont restées relativement modérées, sauf à proximité de la Pointe des Bares. Des entrées d'eau importantes ont eu lieu dans 3 secteurs de la commune :


  • Dans le secteur dit de l'école de voile à l'ouest du bourg. L'inondation du quartier, situé à proximité immédiate du front de mer, a été favorisée par la présence d'une cale de mise à l'eau des bateaux de l'école de voile : cette cale crée un point bas (coté 4,17 NGF sur le plan topo disponible). A l'est de cette cale, le cheminement de bord de mer est protégé par un parapet de front de mer qui a une cote de 4,90 NGF.


  • descritpion evenement 2 flotte
    Dans le quartier du port en centre bourg. Le quartier à l'arrière du port a une configuration en cuvette avec un point bas à la cote 2,98 NGF à l'angle de la rue du Général Leclerc et de la rue André Lavreau. Lors de Xynthia, il a été envahi à partir des quais de l'ancien port qui sont localement à la cote 3,90 NGF. L'eau s'est alors engouffrée dans les rues situées à l'arrière du port pour s'accumuler dans la cuvette. Le niveau atteint a été celui de l'océan, soit sensiblement 4,50 NGF, et des hauteurs d'eau de l'ordre de 1,5m ont été relevées sur certaines façades. Les vitesses d'écoulement ont été importantes. Deux décès sont à déplorer dans cette zone. D'autres venues d'eau, de moindre importance, sont arrivées par le front de mer via, notamment, des accès à l'estran ménagés dans le parapet.


  • Dans le quartier du marais à l'est du bourg. Ce quartier d'habitations récentes est situé à proximité immédiate du front de mer dont il n'est séparé que par un cheminement piétons et cycles formant digue, aménagé à la côte 4,15 NGF environ. L'inondation résulte du franchissement de ce cheminement par les flots.


Les zones de solidarité et de prescriptions

Deux zones de solidarité ont été délimitées :

zones solidarite flotte
  • l'une dans le secteur de l'école de voile qui comprend 4 maisons individuelles. Il existe, dans ce quartier, une cuvette très marquée dont le fond est à 2,62 NGF et où la profondeur d'eau a du approcher 2,00m lors de Xynthia. Une des maisons, dont le propriétaire est vendeur (et qui est dotée d'un étage), occupe cet emplacement.

La maison située immédiatement à l'est est presque aussi exposée, et également dotée d'un étage. Le propriétaire n'est pas vendeur.
Parmi les deux maisons restantes, l'une à le sol à 3,68 NGF, l'autre à environ 3,25 NGF ; cette dernière, dont le propriétaire est vendeur, est composée de deux corps de bâtiment.
Il est à noter en outre, qu'il existe, en arrière de l'école de l'école de voile, en zone jaune, un ensemble immobilier (bâtiments à étage mais logements appartements sur un seul niveau) dont certains sols semblent un peu limite par rapport à l'altitude de référence 3,50 NGF (certaines aires de stationnement et jardins cotés au dessous de 3,20 NGF)

  • l'autre dans le secteur du marais qui comprend 8 maisons individuelles situées dans une cuvette de petites dimensions dont le point bas se situe à l'altitude 3,5 NGF à l'arrière du cheminement piétons et cycles situé en front de mer. Des hauteurs d'eau allant jusqu'à 1,40m ont été relevées en façade des maisons les plus proches du bord de mer. Les maisons situées à l'arrière ont été moins fortement touchées car édifiées sur des terrains surélevés. Elles sont en outre accessibles par les secours.

Un vaste secteur situé au sud et au sud-est du port a par ailleurs été classé en zone de prescriptions. Environ 300 maisons ont été inondées dont plus de deux cents dans la zone ou la profondeur d'eau a dépassé un mètre. La plupart des maisons du quartier sont dotées d'un étage et les rez de chaussée d'une grande partie d'entre elles sont occupés par des commerces. Un parking souterrain a lui aussi été inondé. Le drainage du quartier est assuré par une station de pompage qui a fonctionné normalement mais a mis plus de 24 heures à vider le site. La commune envisage de la remplacer par une installation plus puissante.


Diagnostic

Aléa de référence

La côte du plan d'eau lors du phénomène Xynthia peut-être évaluée à 4,50 NGF. Le quartier de l'école de Voile et celui du Port n'étant pas directement exposées aux tempêtes de secteur Ouest, la tempête Xynthia peut y être considérée comme représentative de l'évènement de référence. En cas de tempête de Nord ouest à Nord, le secteur du marais pourrait de plus être soumis à l'effet des vagues qui déferlent au dessus du chemin de bord de mer.


Situation actuelle

  • Dans le secteur de l'école de voile et en l'absence de travaux de sécurisation du site, seule la maison dont le seuil est à la côte de 3,68 NGF n'apparaît pas dangereuse pour ses occupants ; les autres maisons de cette zone, dont deux ont fait l'objet d'un accord amiable, devraient être acquises.
  • Dans la zone du marais, les 8 maisons inscrites en zone de solidarité doivent être acquises. Un accord amiable a été obtenu pour 7 d'entre elles.

Protections envisageables

  • Dans la zone de l'école de voile : La commune de la Flotte propose de sécuriser le site en construisant un muret à l'ouest de la cale de mise à l'eau dans la continuité de celui existant à l'est, à une altitude identique de 4,90 NGF. Ce muret, d'une longueur de 150 m environ, se raccorderait à son extrémité ouest sur le terrain naturel. La cale de mise à l'eau serait, en cas d'alerte météo, fermée par un portail mobile assurant la continuité du parapet à la côte 4,90 NGF. Sous réserve d'un dimensionnement convenable, un tel dispositif est crédible ; son coût, estimé à 70 000 € HT ne représente qu'une fraction de celui d'une expropriation. Les maisons de cette zone pourraient alors être exclues de la zone de danger. L'efficacité pourrait cependant n'être que partielle si la montée des eaux était associée à une tempête de secteur nord (les vagues passeraient au dessus du parapet).
  • Dans la zone du marais : Il existe déjà une digue mais celle ci n'empêche pas le passage des paquets de mer lors des tempêtes de secteur nord-ouest. La rehausser aggraverait l'effet de cuvette et rendrait le site encore plus dangereux en cas d'évènement vraiment exceptionnel. Il est donc nécessaire d'y poursuivre l'ensemble des acquisitions prévues.
  • Dans le secteur du port : Ni la commune, ni le département ne disposent de projets pour sécuriser le site. L'idée de doter le port d'un parapet étanche et de fermer les lacunes du parapet actuel de front de mer au moyen de portails étanches a été évoquée. Pour offrir un niveau de sécurité raisonnable, l'altitude de ce parapet devrait être d'au moins 5,20 NGF au bord de l'océan (c'est déjà la cas) et 5,00 NGF autour du port, ce qui semble difficilement compatible avec le fonctionnement de ce dernier et avec la qualité du site.

Il est possible de doter l'entrée du port d'une porte de tempête qui l’obturerait au moins jusqu'à la cote 5,20 NGF et qui serait fermée, en cas d'alerte météo, lors de la marée basse précédent l'évènement. Compte tenu de la nature des bateaux qui fréquentent le port, la largeur de la porte pourrait être modérée (7 à 8 mètres ) . Compte tenu de la qualité du site, une esthétique soignée devra être recherchée; il sera nécessaire de rehausser les moles en maçonnerie. Le coût pourrait être de l'ordre de 5M€. Les travaux de maçonnerie et d'intégration architecturale en représenteraient la plus grande partie.
Ce type de solution aurait pour avantage complémentaire de permettre de mobiliser le volume du port pour stocker l'eau amenée par les paquets de mer qui, inévitablement, franchit le front de mer lors des grandes tempêtes de secteur nord: le réseau d'assainissement pluvial devra être complété à cet effet.

Conclusion

Quartier de l'école de voile :
Sur les 4 maisons inscrites en zones de solidarité dans ce secteur, 3 devraient être acquises en l'absence de protection, dont 2 ont fait l'objet d'un accord amiable. Si une protection par muret et portail coulissant était réalisée par la commune aucune expropriation ne serait nécessaire dans ce quartier.

Quartier du Marais:
Il n'y a pas lieu de remettre en cause la délimitation de la zone de solidarité qui contient 8 habitations ; les acquisitions devront être poursuivies en 2011, si besoin par voie d'expropriation (7 accords amiables ont été obtenus).

Quartier du Port :
Dans l'attente de travaux, porte de tempête ou solution d’efficacité équivalente, le quartier du port constitue une cuvette vulnérable à une inondation rapide et doit être considéré comme dangereux. La quantité et la valeur patrimoniale du bâti interdisent d'envisager sa destruction mais il nécessaire d'y mettre en œuvre, dans le cadre du plan communal de sauvegarde, des mesures de prévention telle que l’évacuation sur alerte météo des logements qui ne disposent pas d'un niveau refuge.



Retour à la page générale "Expertise des zones de solidarité Xynthia en Charente-Maritime" : (présentation de la mission, éléments de contexte, l'évènement de référence, les critères de dangerosité pouvant justifier une expropriation, les différents sites expertisés)


Outils personnels