S'abonner à un flux RSS
 

Qualité des eaux souterraines (HU)

De Wikhydro
Version du 28 janvier 2020 à 15:19 par Hermine Quardon (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Traduction anglaise : Underground water quality

Dernière mise à jour : 9/1/2020

En hydrologie, on définit généralement la qualité de l'eau souterraine en comparant les concentrations des différents polluants que l’on peut y rencontrer à des Norme de qualité environnementale / NQE (HU). On évalue ainsi le bon état chimique. La directive-cadre sur l'eau (DCE) a complété cette évaluation par la prise en compte du Bon état quantitatif qui caractérise le niveau de la nappe.

Les eaux souterraines constituent une très importante ressource pour la production d’eau destinée à la consommation humaine et le maintien de leur qualité constitue un enjeu majeur.

Suivi de la qualité des eaux souterraines

La qualité des eaux souterraines est fortement impactée par les activités humaines. Les premiers suivis des eaux souterraines ont été menés dans les années 1970 pour évaluer ces impacts potentiels. Au départ on suivait seulement quelques indicateurs physico-chimiques basiques. Depuis le nombre de critères pris en compte n'a cessé d'augmenter : pesticides, métaux lourds, hydrocarbures, les polychlorobiphényles (PCB), etc.auxquelles s’ajoutent les contaminants microbiologiques (par exemple, les bactéries pathogènes). En 2015, 2 356 stations de mesure permettent de surveiller la qualité des eaux souterraines françaises (métropole et outre-mer). Elles participent au programme de surveillance des milieux aquatiques dans le cadre de la directive-cadre sur l'eau (DCE).

État de santé des eaux souterraines françaises

La règle pour définir le bon état chimique est très simple : si la concentration de toutes les substances suivies est inférieure aux NQE, alors l’eau souterraine est estimée en bon état chimique. Si une seule molécule dépasse sa NQE, l’eau souterraine n'atteint pas le bon état chimique.

En 2015, en France, parmi les 645 masses d'eau souterraine :

  • 69,1 % étaient en bon état chimique ;
  • 30,9 % n'atteignaient pas le bon état chimique.
État chimique des eaux souterraines française en 2015 ; source Eaufrance.

La liste des substances suivies et la valeur des NQE sont révisées régulièrement pour tenir compte de l'utilisation de nouvelles molécules et de l'avancée des connaissances ou des techniques d'analyse.

Pour en savoir plus : https://www.eaufrance.fr/la-qualite-des-eaux-souterraines

Outils personnels