S'abonner à un flux RSS
 

ANSWER - Plage des rochelets, Saint-Brevin, France

De Wikhydro
Version du 5 janvier 2015 à 17:05 par Adeline Bordais (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Ces vidéos font parties des réalisations produites dans le cadre de l'Opération ANSWER. Cette dernière a pour objectif de faire collaborer le public et les scientifiques autour des sciences de l'eau afin d'améliorer les connaissances dans le domaine.

Le défi

Plage des rochelets, Saint-Brévin, France


Défi n°2 - Saint Brévin, question par Wikhydro

La vidéo de Jean-Michel T., Paris

VIDEO QUESTION

Dans l’idée de représenter l’évolution et la déformation des chenaux de navigation dragués dans les estuaires, nous avons creusé un chenal expérimental sur la plage des rochelets. A votre avis, que s’est-il passé après deux cycles de marées ? Plusieurs hypothèses sont proposées dans la vidéo et plusieurs réponses sont possibles !

Ecrivez-vous à l'adresse suivante : wikhydro@developpement-durable.gouv.fr

La réponse

Plage des rochelets, Saint-Brévin, France


Plage des Rochelets Saint-Brévin - Expé chenal... par Wikhydro

La vidéo de Jean-Michel T., Paris

VIDEO REPONSE


La video illustre les effets d’un courant de marée sur la déformation d’un canal immergé. Cette expérimentation a été conduite sur la plage des Rochelets à Saint-Brévin. Elle consiste en la construction pendant la marée basse, d’un petit canal de 4 m de long sur 1 m de large, de forme trapézoïdal initialement obstrué à ses deux extrémités. Lors de la montée des eaux, les deux extrémités ont été ouvertes, laissant l’eau envahir le canal en générant rapidement des rises. Après 24 heures, soit 2 cycles de marée, le canal a été revisité. Il montre une ouverture de ses bords ainsi qu’une sédimentation sur le fond.

Le commentaire du scientifique

Cette expérimentation est effectivement fort instructive. Les évolutions constatées sont conformes aux théories en vigueur sur la déformation des fonds mobiles fluviaux ou marins sous l’effet du transport solide : ici principalement le charriage. Ces phénomènes sont tout particulièrement pénalisants en estuaire, où les chenaux de navigation, qui permettent aux bateaux de rejoindre les ports en amont, nécessite d’être régulièrement dragués afin de maintenir un gabarit constant tout au long de l’année. C’est le cas en France en particulier pour les estuaires de la Seine, de la Loire et de la Gironde entretenus respectivement par les ports de Rouen, Nantes et Bordeaux.

En ce qui concerne l’expérimentation, il convient de préciser que le site est situé sur une plage tidale (couverte – découverte par la marée), soumise à l’action des courants mais également des houles, qui en mettant en mouvement les sédiments, ont tendance à renforcer l’intensité du transport solide. A remarquer que le transport solide n’est pas toujours dans le sens longitudinal au chenal à cause des courants de la marée, notamment dans le sens En regardant de près la vidéo, les rides qui apparaissent le lendemain matin résultent du retrait de la marée, donc d’un transport vers le large. La marée descendante a vraisemblablement impacté la topographie du chenal et de ses berges avec des courants de marée descendants, tout d’abord quand la tranche d’eau est relativement importante puis par des écoulements forcés par la topographie locale du site (un gros banc de sable est présent à proximité de la zone d’expérimentation) qui contraint les courants de vidange des estrans dans les faibles tranches d’eau.


Le créateur de cet article est Jean-Michel Tanguy
Note : d'autres personnes peuvent avoir contribué au contenu de cet article, [Consultez l'historique].

  • Pour d'autres articles de cet auteur, voir ici.
  • Pour un aperçu des contributions de cet auteur, voir ici.
Outils personnels