S'abonner à un flux RSS
 

Frontinus Sextus Julius (35 - 104) (HU)

De Wikhydro
Version du 19 septembre 2019 à 10:33 par Philippe Bagot (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Mieux connu sous le nom de Frontin, il fut prêteur urbain en 70, Consul de Bretagne (73), sous l’Empereur romain Vespasien, Proconsul d'Asie (entre 78 et 97), reçut de l'Empereur Nerva en 97 la charge de « Curator aquarum » (Commissaire des Travaux Hydrauliques) de Rome. Nommé Consul à la mort de Nerva en 98, puis de nouveau en 100, il siégea à la fin de sa vie au sénat, à la droite de l’Empereur. Il termina une carrière politique bien remplie en 103 ou 104 au titre d’Augure, charge à laquelle lui succéda un autre romain célèbre Pline le Jeune. C’est donc entre 97 et 103 de notre ère que Frontin écrivit son fameux traité sur les aqueducs de Rome dont le titre n’est d’ailleurs pas connu de façon exacte. ("De aquae ductu Urbis Romae" selon P. Grimal, « De aquis urbis Romae" selon E. Grossman, etc.). Plus qu’un véritable traité d’hydraulique scientifique et technique, il s’agit d’une réflexion politique sur une réforme de l’administration des eaux de Rome, destinée à rendre à l’ordre sénatorial ses prérogatives usurpées par les bureaux impériaux. Au demeurant, persuadé de l’ampleur des vols d’eau, Frontin se livra à des calculs d’estimation des débits transportés par les ouvrages et délivrés dans les installations, s’inspirant probablement (selon C. Herschel) des réflexions d’Héron d’Alexandrie. Ces estimations étaient cependant fausses car elles étaient fondées sur la seule proportionnalité du débit à la section d’écoulement. Il s’agit cependant d’un ouvrage précieux pour juger de la place de l’eau dans la civilisation romaine urbaine.

Outils personnels