S'abonner à un flux RSS
 

Périurbain (HU)

De Wikhydro
Version du 26 juin 2020 à 14:58 par Bernard Chocat (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Traduction anglaise : Periurban

Dernière mise à jour : 26/6/2020

Adjectif qualifiant les espaces de transition entre la ville et la campagne.

Complexité de la notion

Si le mot laisse supposer une définition simple (espace périphérique des villes) sa définition pose en fait un très gros problème « car elle met en jeu la nature même du phénomène que l’on entend mesurer. D’un point de vue morphologique, le périurbain désigne une forme urbaine caractérisée par l’éloignement et la discontinuité du bâti vis-à-vis de l'agglomération : il correspond à la partie non-agglomérée des aires urbaines. L’étalement urbain s’y effectue non pas en nappe mais en nébuleuse avec des pleins et des vides. Du point de vue fonctionnel, le périurbain entretient un lien fort avec le pôle urbain. Une commune périurbaine au sens de l'INSEE voit au moins 40 % de sa population résidente ayant un emploi travailler dans le pôle urbain ou dans les communes attirées par celui-ci. Certaines communes périurbaines sont dites communes multipolarisées quand au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans plusieurs aires urbaines. L’espace périurbain fonctionne avec une intense mobilité pendulaire domicile-travail, reposant en large partie sur l'automobile. Ce seul critère fonctionnel ne suffit pourtant pas pour appréhender les interdépendances entre le périurbain et la ville. Les formes d'habitat y sont diversifiées : collectifs populaires, voire affectés à des populations délaissées ; lotissements pavillonnaires pour des catégories sociales de condition variée ; espaces résidentiels des populations aisées, jusqu'au cas limite des quartiers ou îlots clôturés (gated communities). Le périurbain accueille aussi bon nombre d'activités, résultat du desserrement urbain ou d'implantations ex-nihilo : surfaces commerciales, centres de recherche, zones d'activités diverses. Les espaces « vides » y sont bien présents. Le périurbain comme phénomène émerge en France dans les années 1960, la notion de périurbanisation s'impose dans les années 1980 et le périurbain devient une catégorie statistique officielle de l’Insee en 1996. On comptait plus de 14 millions de périurbains lors du recensement de 2008, soit 23.8 % de la population de la France métropolitaine. L’accroissement de la population périurbaine a été forte du milieu des années 1970 au début des années 1990 mais la croissance des pôles urbains et des couronnes périurbaines tend depuis à sa rapprocher. ». Source : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/glossaire/periurbain.

Importance en hydrologie

En termes hydrologiques les zones périurbaines couvrent des surfaces de plus en plus importantes et la modélisation de leur comportement pose de nombreuses difficultés du fait de l’imbrication de systèmes plus ou moins naturels de drainage (fossés, rivières, …) avec des dispositifs beaucoup plus artificialisés (réseaux ou techniques alternatives de gestion des eaux pluviales).

Outils personnels