S'abonner à un flux RSS
 

Protection d'Amboise contre les inondations

De Wikhydro
Version du 17 avril 2015 à 13:57 par Natacha Roger (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Sommaire

Les inondations à Amboise

Amboise est située sur la rive droite de la Loire. Tout au long de son histoire, elle a été sujette à des inondations catastrophiques (1907, 1846, 1856,1866) qui se sont peu à peu atténuées grâce à une approche globale de protection des bords de Loire contre les inondations, en particulier la construction du barrage de Villeret.  

crue de 1856
crue de 1907
crue de 1924

La particularité de cette ville est qu'elle est traversée par un affluent de la Loire : l'Amasse qui peut également provoquer des inondations dans les quartiers bas du centre ville.
Pour se prémunir contre les inondations, un dispositif conséquent a été mis en place au cours du 19e siècle.



WIKHYDRO - Protection d'Amboise contre les... par Wikhydro

Le système est constitué de différents ouvrages : un vannage au débouché de l'Amasse, un ouvrage de fermeture complété par une digue de ceinture de Chateau-Gaillard, un canal de dérivation, des digues et un système de batardage.

dispositif de protection d amboise contre les inondations multi281

Les vannes de la confluence Loire / Amasse

Le vannage du déboucher de l'Amasse en Loire (ou ouvrage de la confluence), construit en 1860, est constitué de 6 pelles (photo ci-dessous) qui se plaquent par poussée hydrostatique contre l'ouvrage lorsque le niveau en Loire augmente. Ceci empêche donc les eaux de la Loire de remonter dans l'Amasse.
ouvrage de confluence amasse loire

La construction des vannes de la confluence marque la fin du port de Loire situé Square des Anciens Combattants en AFN.
amasse square des afn 19eme

L’Amasse, extérieure en centre ville à cette époque (voir photo), devient une réserve d’eau fermée, en amont des vannes, permettant d’alimenter les machines à vapeur des usines. Malheureusement, ce secteur devient insalubre quelques années plus tard, c’est pourquoi le recouvrement progressif de la rivière est entamé dès 1874. Ces travaux se prolongent jusqu’au milieu du 20e siècle. L’Amasse est aujourd’hui une rivière souterraine dans sa partie centre ville. Largement dimensionnée, elle est utilisée comme réservoir tampon d’eaux pluviales.


Les vannes de château Gaillard et le tunnel de dérivation

L’ouvrage de Château Gaillard, situé à l’amont du centre ville, et le tunnel de dérivation de l’Amasse complètent ce dispositif. En effet, lorsque les vannes de la confluence sont fermées, l’Amasse ne peut plus s’écouler en Loire. Il est donc nécessaire de lui trouver une autre sortie pour éviter l’inondation des quartiers bas. Le dispositif de Château Gaillard est un ouvrage de partage des eaux. Il se compose de 4 vannages côté centre ville (restaurés par la Ville en 2006) et d’un déversoir. En cas de crue, les vannes sont fermées, et l’Amasse s’écoule ainsi par le déversoir puis emprunte le tunnel de dérivation pendant 770 m. En passant sous le Plateau des Châteliers, elle termine ainsi sa course dans la Loire à l’Est de la Ville (rue du Tunnel).

vannage de chateau gaillard
vanne de regulation amasse a amboise

entree tunnel chateau gaillard

sortie tunnel

L'ouvrage de Château Gaillard est prolongé par une digue dont la côte est de 2m supérieure aux plus hautes-eaux connues (photo ci-dessus) qui évite la submersion du centre ville en cas de remontée des eaux de la Loire par le tunnel.

  • En cas de crue de la Loire, on ferme donc en premier les vannes de Château Gaillard ce qui permet de dériver l'Amasse vers la Loire, puis les vannes de la confluence. Le tronçon centre ville de cette rivière est alors isolé, alimenté uniquement par les eaux pluviales. Ces eaux pluviales en surplus sont évacuées par un poste de relevage.
  • En cas de crue de l'Amasse, les vannes de Château-Gaillard sont également fermées pour dériver les eaux vers la Loire.

Les levées de la Loire et les batardeaux

Les digues longeant la Loire en centre ville ont été complétées vers 1860 par deux murs d’enceinte, perpendiculaires aux levées, à l’ouest et à l’est du centre ville. Ces murs relient la digue au coteau, et ceinturent ainsi la vieille ville.
Ils se situent rue Louis XII et rue Paul Louis Courrier.
Quatre bouchures ont été maintenues dans ces murs pour permettre le passage des voies de circulation. Elles doivent être obturées par des batardeaux (= poutrelles métalliques et en bois à encastrer dans les rainures) en cas de crue majeure de la Loire

mur d'enceinte quai de Gaulle 19eme

mur d'enceinte quai de Gaulle 2008

mur d'enceinte rue pl Courrier 2008


Aujourd’hui, les batardeaux du 19ème siècle ne sont plus utilisables (éléments manquants ou inadaptés à la voirie actuelle). Par exemple, le pilier central de la bouchure Ouest (Quai du Général de Gaule), n’existe plus (voir photo ci-dessus). En 2011, une étude est en cours pour le remplacement de ces éléments, indispensables à la protection du centre ville.

Tous ces ouvrages sont propriété de la Ville, qui en assure encore aujourd’hui les manœuvres en cas de crue de la Loire.
La zone inondable de l'Amasse qui correspond à la crue de 1856, comprend actuellement 3000 habitants, la mairie et la gendarmerie, 4 écoles, 4 maisons de retraite. Cette crue avait eu des effets dévastateurs: la destruction du pont, de la gare et d'une grand partie du centre ville.


Simulation de la rupture de la digue d'Amboise

Une simulation de la rupture des digues d'Amboise d'Onzain a été réalisée au moyen d'un modèle bidimensionnel REFLUX2D, par le Groupe d'Hydraulique Numérique (Université de Compiègne et CETMEF) afin de représenter les conditions de propagation de l'onde de rupture à l'intérieur du val de Cisse, superposée à une rupture antérieure mais cumulative à Onzain.




Le créateur de cet article est Jean-Michel Tanguy
Note : d'autres personnes peuvent avoir contribué au contenu de cet article, [Consultez l'historique].

  • Pour d'autres articles de cet auteur, voir ici.
  • Pour un aperçu des contributions de cet auteur, voir ici.

Article écrit en collaboration avec Mathilde Bürr - services techniques de la ville d'Amboise.

Outils personnels