S'abonner à un flux RSS
 

Wikibardig:Gestion des digues : La surveillance des digues en situation de crise

De Wikhydro
Version du 8 août 2019 à 08:37 par Huguette Felix (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Sommaire


Cette page est largement issue de l’ouvrage ; « Surveillance, entretien et diagnostic des digues de protection contre les inondations » (Mériaux et al, 2004).

La gestion d’une crue, d’une tempête marine ou d’un événement particulier (séisme, accident nautique, …) implique de la part du gestionnaire d’un système de protection une réflexion préalable sur l’organisation et les moyens à mettre en place pour faire face à ces situations de crise, tant du point de vue de la surveillance des ouvrages que du circuit de transmission de l’information aux autorités compétentes et aux populations, des moyens à mettre en œuvre d’urgence en cas de désordres identifiés, et des dispositions post-événement à prévoir à court ou plus long terme.

Les dispositions spécifiques à la surveillance de l’ouvrage en période de crue, de cycle de grandes marées ou de marée de tempête, ainsi que celles à prendre en cas d’événement particulier, d’anomalie de comportement ou de fonctionnement de l’ouvrage, doivent être précisées dans les consignes écrites de l’ouvrage. Dans le cadre réglementaire en vigueur, ces consignes sont soumises à l’approbation du préfet pour toutes les digues.

Organisation spécifique en situations de crue ou de tempête marine

Importance de l’organisation préalable

Les situations de crise présentant un caractère imprévisible (séisme) ou prévisible uniquement à (très) court terme (crues, tempêtes), il convient de s’y préparer à froid en définissant, le plus précisément possible, l’organisation spécifique à mettre en place. Cette organisation spécifique doit permettre de gérer au mieux, au regard de la sûreté des ouvrages de protection et de la sécurité des personnes et des biens, des situations pouvant conduire à la surverse des ouvrages ou à l’apparition de désordres susceptibles d’entraîner leur rupture.

Les dispositions relatives à cette organisation doivent être synthétisées par le(s) gestionnaire(s), notamment dans la description de l’organisation mise en place pour assurer la surveillance des ouvrages de protection, ainsi que dans les consignes de surveillance en crue. Il n’existe pas de dispositions organisationnelles génériques en situation de crise : chaque disposition est propre à une situation locale, induisant par conséquent de la part du (des) gestionnaire(s) une implication forte dans la définition de ces dispositions. Bien entendu, les différents gestionnaires ont tout intérêt à harmoniser leurs actions en mutualisant leurs moyens, ou de préférence à tendre vers une gestion unique de l’ensemble du système de protection.

Cette organisation spécifique exige une parfaite coordination interne, ou entre les différents gestionnaires, ainsi qu’entre gestionnaire(s) et pouvoirs publics (préfectures, services de l’Etat, collectivités locales).

Le(s) gestionnaire(s) d’un système de protection doit (doivent) clarifier le rôle de chaque intervenant en situation de crise, et en particulier :

  • du ou des responsables en charge de la coordination des actions en situation de crise (autorité fonctionnelle du (des) gestionnaire(s), correspondant du représentant de l’Etat),
  • des équipes en charge de la surveillance des ouvrages (les équipes doivent être identifiées explicitement et, pour chaque équipe, le tronçon de digue à surveiller),
  • en cas de désordres constatés lors de la surveillance, des équipes d’interventions d’urgence (entreprises de travaux publics, services techniques des collectivités territoriales, …).


La surveillance des ouvrages nécessite des moyens humains et matériels conséquents qui peuvent dépasser les moyens propres du gestionnaire. En situation de crise, certains gestionnaires s’appuient sur le personnel des communes protégées par le système de protection. A ce sujet, l’article L2212-2 du Code Général des Collectivités Territoriales attribue au Maire le soin de « prévenir, par des précautions convenables, et de faire cesser, par la distribution des secours nécessaires…. Les inondations, les ruptures de digues… ». L’organisation mise en place doit toutefois intégrer l’absolue nécessité d’assurer la sécurité des intervenants qu’ils relèvent du gestionnaire, d’entreprise de Travaux Publics ou de tiers.



Références :

MERIAUX P., ROYET R. et FOLTON C. (2004). Surveillance, entretien et diagnostic des digues de protection contre les inondations, Cemagref éditions, 134 p. + annexes.

Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (MEDDE), 2015. Référentiel technique digues maritimes et fluviales, 190 p. Le téléchargement est disponible ici.



Image-retour-Visite Guidée.png Pour revenir au menu « Visite guidée »


Pour plus d'information sur l'auteur : Irstea - UR RECOVER - Equipe G2DR


Le créateur de cet article est Irstea - UR RECOVER - Equipe G2DR
Note : d'autres personnes peuvent avoir contribué au contenu de cet article, [Consultez l'historique].

  • Pour d'autres articles de cet auteur, voir ici.
  • Pour un aperçu des contributions de cet auteur, voir ici.
Outils personnels