S'abonner à un flux RSS
 

Evolution de la pollution par les hydrocarbures entre 1970 et 2000

De Wikhydro
Site internet du RFRC : Réseau Français de Recherche Côtière

Etat des lieux

Une marée noire est le déversement d'hydrocarbures liquides dans l'environnement, le plus souvent les océans ou les eaux côtières, du fait de l'activité humaine. Ces pollutions peuvent être intentionelles ou non. Le terme "hydrocarbures" correspond à différents composés : fuel des bateaux, produits raffinés à base de pétrole - essences et diesel, ou sous-produits d'activités humaines - transport, hydrocarbures mélangés à des déchets.

Pendant les années 1970, comme indiqué en figures 1 et 2 où sont représentées les évolutions du nombre et du volume des marées noires dans le monde pendant les 35 dernières années, les naufrages de pétroliers ont été très fréquents et ont causé le déversement de grandes quantités de polluants dans les océans. Ainsi, le nombre annuel moyen de marées noires pendant les années 70 était approximativement trois fois supérieur à celui des deux décennies suivantes et 6 fois supérieur au nombre annuel moyen de marées noires depuis le début du 21ème siècle. La principale raison de cette évolution est la naissance dans les années 70 et 80 de nouvelles mesures de prévention des catastrophes et d'une réglementation adaptée dans le cadre de l'Organisation maritime internationale (OMI) et des législations nationales. Les principales lois dans ce contexte furent probablement le paquet MARPOL 73/78, la Convention internationale pour la sécurité de la vie en mer de 1974, et la Convention des Nations-Unies sur la loi de la mer, entrée en vigueur en 1994.

Figure 1: Nombre de marées noires significatives (>7 tonnes)
Figure 2: Volume des marées noires significatives (>7 tonnes)

Il faut aussi remarquer que la quantité totale d'hydrocarbures déversés en mer pendant une année provient principalement d'un nombre réduit d'événements majeurs. Bien que 85% du nombre total de catastrophes correspondent à des événements mineurs (moins de 7 tonnes), leur contribution à la quantité totale de pétrole déversé est relativement faible en comparaison avec un événement d'ampleur, comme le naufrage du pétrolier Erika en 1999 ou celui de l'Atlantic Empress en 1979 où 276.000 tonnes d'hydrocarbures se sont déversés au large des côtes d'Amérique du Sud en moins de deux semaines.

En Europe, les nombres les plus importants de marées noires sont relevés à proximité du Royaume-Uni, des Pays-Bas, de l'Allemagne, et de la Suède, avec environ 80 événements pendant les 35 dernières années au Royaume-Uni, 40 aux Pays-Bas, 30 en Suède et 25 en Allemagne. Ces nombres élevés correspondent précisément aux itinéraires des pétroliers provenant de Russie et des ports de Mourmansk, Primorsk, Novorssiysk et se dirigeant vers l'Europe du Nord et de l'Ouest où le pétrole est importé en grande quantité. Ces pétroliers traversent en effet la mer Baltique, la Mer du Nord, et la Manche, qui sont des routes maritimes à trafic élevé, où la probabilité d'accident est considérablement augmentée.

Coûts des marées noires

Une évaluation simple des coûts des pollutions engendrées par les marées noires peut être réalisée grâce aux données des fonds FIPOL, trois organisations intergouvernementales chargées d'aider financièrement les états membres pour la réparation des dommages liés à des marées noires. Le graphique de la figure 3 représente le coût total des dommages dus aux marées noires et supportés par le fonds FIPOL 1971 entre 1979 et 1997. Ces chiffres doivent être considérés avec toute la prudence qui s'impose étant donné que de nouveaux états sont devenus membres du fonds FIPOL pendant cette période : ainsi le fonds ne comportait que 19 états membres en 1979, et en avait 75 en 1995. De plus, l'augmentation du coût total ne signifie pas que le nombre d'accidents graves a augmenté avec le temps, mais est aussi en partie due à l'augmentation des enjeux dans les zones exposées, avec des régions plus peuplées et une densification des biens technologiques à forte valeur.

Tous ces faits rendent difficile l'analyse des graphiques de la figure 3. Néanmoins, on peut observer de façon générale que le coût total des marées noires dans le monde a augmenté constamment pendant les dernières années, de 20 millions de dollars par an dans les années 1970 à 100 millions de dollars dans les années 1990. Ainsi la problématique de la prévention des marées noires n'a jamais eu autant d'importance qu'aujourd'hui, même si la fréquence des marées noires a signifativement diminué dans les dernières décennies.

Figure 3: Coût total des marées noires supportées par le fonds FIPOL 1971

Références

[1] : The International Tanker Owners Pollution Federation Limited (ITOPF) 2007

[2] Catherine J. Grey – The cost of oil spills from tankers : an analysis of IOPC fund incidents – International Oil spill conference 1999

[3] : Centre de documentation, de recherche, et d'expérimentation sur les pollutions accidentelles des eaux (CEDRE)


Le créateur de cet article est François Hissel
Note : d'autres personnes peuvent avoir contribué au contenu de cet article, [Consultez l'historique].

  • Pour d'autres articles de cet auteur, voir ici.
  • Pour un aperçu des contributions de cet auteur, voir ici.
Outils personnels