S'abonner à un flux RSS
 

Bioamplification (HU)

De Wikhydro
Version du 12 janvier 2022 à 15:28 par Bernard Chocat (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Traduction anglaise : biomagnification

Dernière mise à jour : 12/01/2022

Augmentation progressive de la concentration moyenne d'une substance donnée dans les tissus des organismes au fur et à mesure que l'on progresse dans la chaine alimentaire ; on parle également parfois de biomagnification qui est plutôt un anglicisme.

Mécanismes en cause

La bioaccumulation apparaît dans un organisme isolé si le taux d'excrétion d'un produit donné est moins élevé que le taux d'assimilation. Ce phénomène se rencontre à tous les niveaux de la chaîne trophique. De ce fait, les teneurs observées dans les tissus des différentes espèces augmentent au fur et à mesure que l'on progresse dans la chaîne alimentaire. C’est ce phénomène que l’on appelle bioamplification.

Exemple du Clear lake

Un des premier cas où ce phénomène a été clairement mis en évidence, dès les années 1960, est celui du Clear Lake, en Californie. Ce lac fut traité entre 1949 et 1957 avec un insecticide voisin du DDT (le DDD) pour éliminer un moustique, d'ailleurs inoffensif. A la fin des années 1950, les grèbes, qui auparavant étaient très abondantes sur le lac, avaient presque disparu. Après une étude de terrain très précise (Hunt & Bischoff, 1960), le phénomène fut expliqué par la bioamplification du DDD le long de la chaîne trophique. Le tableau suivant présente les concentrations observées dans les différents niveaux trophiques du lac.

 

Figure 1 : Augmentation de la concentration en DDD le long de la chaîne trophique ; exemple du Clear Lake en Californie d'après Hunt & Bischoff (1960).

Le rapport entre la concentration observée dans la graisse des grèbes et celle observée dans l'eau est ici voisin de 200 000 et illustre parfaitement le phénomène de bioamplification.

Importance du phénomène de bioamplification

De nombreux produits toxiques stables (non biodégradables) sont susceptibles de se bioaccumuler dans les tissus vivants et ceci à toutes les étapes de la chaine alimentaire. Sont concernés aussi bien des substances minérales (métaux lourds en particulier) que des substances organiques (par exemple les organohalogénés). Le phénomène de bioamplification des produits dans les organes est donc généralisé et peut être responsable de la disparition d'espèces animales. Les effets sanitaires sont également à considérer car l'Homme se situe tout en haut de la chaine alimentaire.


Figure 2 : L'Homme partage avec quelques autres espèces le fait d'être au sommet de la chaine alimentaire, c'est à dire là où les effets de la bioamplification sont les plus forts ; Source : Dossier Les pesticides dans l'eau du projet EauMéliMélo.

Bibliographie :

  • Hunt, E.G & Bischoff (1960) : Inimical effects on wildlife of periodic application of DDD to clear lake ; calif. fish game ; n°46-1 ; pp. 91-106.
Outils personnels