S'abonner à un flux RSS
 

Catégorie:Éducation et formation

De Wikhydro

Education

Les problématiques ayant trait au changement climatique sont inscrites dans le cadre de l’éducation au développement durable, qui implique les différents enseignements de sciences. Cette éducation transversale permet de traiter les perspectives propres au développement durable dans les enseignements, dans la formation, dans la vie des écoles et des établissements, dans la production de ressources pédagogiques, en recourant largement aux partenariats.

Les problématiques et les thèmes du développement durable sont d’ores et déjà présents dans les programmes d’enseignement, au Primaire, au collège et au lycée, dans les voies générale, technologique et professionnelle. Par ailleurs, le développement durable est aussi présent dans le socle commun de connaissances et de compétences et dans les thèmes de convergence. L’éducation au développement durable est ainsi installée dans une continuité pédagogique, à tous les niveaux du parcours scolaire des élèves.

Formation professionnelle

La concertation préalable au PNACC suggère des actions s’étageant de la sensibilisation à la professionnalisation, sur les enjeux de l’adaptation au changement climatique : sensibilisation générale / création de modules généraux : dans toutes les formations post-bac ; au sein des formations au développement durable éligibles au DIF dans les métiers et filières les plus impactés, dont : la santé, l’agriculture pour permettre une meilleure gouvernance du sujet : former les chefs d’entreprises, les salariés, les élus, les agents des collectivités territoriales pour créer de nouvelles filières : l’adaptation au changement climatique comme opportunité de création d’entreprises ; créer des formations universitaires spécifiques sur l’adaptation au changement climatique sans omettre de former les formateurs.

Il apparaît que ces recommandations s’intègrent aisément dans le plan national de mobilisation pour les emplois et les métiers de l'économie verte (plus bas appelé « Plan métiers de l'économie verte  ») dont le MEDDTL (Commissariat général au développement durable) est pilote depuis l’automne 2009.

Le plan métiers de l'économie verte a pour objectif d’adapter aux réalités ou perspectives de l’économie verte le marché de l’emploi et les services de la formation et de l’orientation :

- parce que la main d’œuvre formée doit être disponible en nombre et en qualification adéquats pour répondre aux commandes publiques (transport collectif ferroviaire ou urbain, déchets, énergie,…) et privées (bâtiment, agriculture biologique, bois de construction ou de chauffage…) correspondant aux objectifs fixés par le Grenelle Environnement. - parce qu’innover, concevoir et produire en économie verte nécessitent des connaissances et compétences nouvelles : aujourd’hui produire des spécialistes de l’intégration des problématiques du développement durable, demain modifier tous les gestes professionnels y compris d’exécution. - parce que de nouveaux métiers vont émerger ou parce que des métiers rares vont prendre une place accrue. - parce que ces mutations ne vont pas se produire sans effets négatifs : des secteurs (automobile classique, raffinage, chimie, …) ou des installations (usines ou bâtiment fortement utilisateurs d’énergie et producteurs de gaz à effet de serre) risquent de voir leur place se réduire et leurs salariés se trouver face à une nécessité de reconversion. - parce que réfléchir sur ces questions permettra de faire progresser la transition vers l’économie verte et la responsabilité sociétale des entreprises et d’améliorer la compétitivité de notre économie.

Organisé en gouvernance à 5 (collectivités locales, filières professionnelles, partenaires sociaux, associations environnementales et non environnementales, administrations avec l'invitation d'experts) et rassemblant des centaines d’acteurs nationaux et locaux, le plan métiers de l'économie verte permet de faire se rencontrer et travailler ensemble les différents acteurs et de structurer et concentrer le plus possible d'actions possibles, avec leurs financements (notamment ceux de la formation initiale et continue).

Le plan métiers de l'économie verte a déjà élaboré diagnostics, plan d’actions et premières mesures de mise en oeuvre pour les filières :

  • eau-assainissement-déchets-air
  • métiers du bâtiment
  • agriculture et forêts
  • systèmes éco-électriques
  • raffinage-carburants-chimie verte
  • tourisme
  • métiers ayant la mer en partage
  • biodiversité-services écologiques
  • chauffage urbain
  • papier-carton
  • ciment
  • matériaux de construction et contrainte aval
  • produits phytosanitaires.

Ceci a également été réalisé pour les métiers de la fonction publique.

Un travail est actuellement en cours sur les filières : banque – assurance – finances - commerce – distribution.

Ce plan prend également en compte l’intégration des modules transversaux de sensibilisation ou de formation au développement durable dans tout ou partie des formations initiales et continues.

Or, l’adaptation au changement climatique est une des composantes des questionnements et impacts du développement durable ; elle est donc d’ores et déjà inscrite, explicitement ou encore en filigrane, dans les travaux du plan métiers de l'économie verte.

Aussi paraît-il judicieux de prévoir des actions qui s’intègrent pleinement dans le plan métiers de l'économie verte et pourront bénéficier de sa forte dynamique.

Outils personnels